mercredi au  vendredi : 18h30-23h30 *
samedi et dimanche : 12h-14h30 // 18h30-23h30 *
*Dernière commande : 23h29

06 18 94 28 64en ligne

Contact Presse : Bérangère Boucher  06 18 94 28 64 – hello.nomikai@gmail.com

Dej’ délicieusement foufou au Nomikaï

Entre la Gare de Lyon et le Marché d’Aligre a encore éclot une table pleine de charme. Nomikaï a ouvert il y a une grosse année, petite salle, toute petite cuisine, où la chef Bérangère et son commis réalisent pourtant de « petites » merveilles (y a aussi une terrasse sympa). (…)

Francois 25 avril 2019

http://omnomnom.fr/

Bérangère Boucher n’est pas le genre de femmes à s’attacher aux concepts : elle aime le Japon ? Elle a créé un Izakaya, table à la japonaise où l’on partage des petites assiettes. Tant pis si l’on n’y trouve ni makis ni sushis et si l’on n’y sert pas de saké mais du vin nature ! Car Nomikai (action de se retrouver pour boire des verres entre collègues au Japon) ne ressemble à rien de ce que l’on connait déjà. Il est singulier comme la cuisine de cette cheffe, reconvertie après une carrière dans l’édition.

Ici, on choisit donc parmi une douzaine de plats frais qui changent tout le temps en fonction des envies de Bérangère et des produits qu’elle reçoit de ses producteurs. Ces plats ont tout de même souvent des accents asiatiques, comme cet excellent saumon gravlax et sa sauce un peu pimentée à base de Gochujang, pâte de piment coréen ou ce tataki de boeuf. Il y a aussi des classiques, adorés des clients, comme les coquillettes bio cuites à la crème d’ail noir. (…)

Zazie Tavitian 21 Mars 2019

https://ecotable.fr/

Encore une preuve que les femmes chefs de talent ne manquent pas à Paris : Bérangère Bee, ancienne éditrice passée par les cuisines de Brice Morvant, vient d’inaugurer discrètement cette salle sobre d’une douzaine de couverts, décorée d’un grand dessin manga et dotée d’un chouette comptoir. Malgré le nom japonais de l’établissement (qui se réfère à la tradition des soirées arrosées entre collègues), l’assiette est éclectique et cache bien son jeu, avec une imbattable formule déjeuner. Le gravlax de saumon Label rouge, tranché épais, est délicieusement moelleux sur son originale crème d’edamame ; le tajine de veau fermier de Normandie est particulièrement savoureux ; tandis que le pain perdu au sirop d’érable et aux dés de kiwi signale qu’ici rien ne se perd — c’est la baguette de la veille qui est ainsi transformée, et c’est tant mieux pour l’addition ! (…)

Estérelle Payany

Télérama